Skip to content

Compte rendu de la réunion du 6 février à Pont de beauvoisin (38)

Par son absence, la SNCF laisse la Région dans le pé…train.

 Pont-de-Beauvoisin 6 février 2019, 3ème rencontre, deuxième round de négociation.

Après d’âpres discussions, la Région a enfin accepté de venir échanger avec les membres du collectif.

Avec près de trois quart d’heure de retard, le collaborateur de la vice présidente en charge des transports est arrivé, suivi du responsable de la desserte régionale et des infrastructures ferroviaires.

Aucun représentant de la SNCF !

A la demande de la Région, cette réunion, avant tout technique, s’est tenue en comité restreint.

Les représentants de l’autorité organisatrice des transports n’ont eu de cesse de :

– de réaffirmer que la région ne veut pas supprimer la ligne
– répéter que la SNCF n’est toujours pas en mesure de proposer le créneaux de 3 nouveaux trains attendus, alors qu’un engagement avait été pris le 18 décembre dernier par le Directeur des transports de la Région. Par un échange de mails, la SNCF renvoie à la Région la responsabilité de communiquer sur la question.
– faire le constat que la qualité du service assuré par la SNCF ne cesse de se dégrader :
* unités matérielles inadaptées au taux de fréquentation,
* matériel vétuste sujet à des pannes fréquentes
* matériels non adaptés aux conditions hivernales,
* retards récurrents dus à des croisements,
* suppressions fréquentes des rares trains restant en circulation.

Devant ce tableau déjà connu et vécu par les usagers de notre ligne (et présenté de vive voix par les membres du collectif, reçus le 15 janvier dernier par la Vice présidente), comment est-il possible d’avancer ?

Les membres du collectifs ont rappelé fermement et argumenté les besoins pour le service 2019 :

– l’obligation pour la région de répondre aux urgences posées le 18 décembre  (3 trains supplémentaires sans rupture de charge : 2 trains Chambéry-Lyon, l’un avant 8h et l’autre aux alentours de 20h30 et un train Lyon -Chambéry vers 19h) car, sans ces dessertes, la vie quotidienne des usagers en direction de Lyon va devenir très difficile.
– l’obligation pour la Région de revoir sa proposition de train en partance de Chambéry à 17h40. Ce train ne répond ni aux exigences des trajets domicile / travail, ni à la desserte scolaire (aussi bien pour le créneau que pour la durée et pour une coordination avec l’offre routière en bus).
– la nécessité de revoir la desserte en bus, incohérente, qui est assurée par de multiples compagnies :
* bus en nombre insuffisant ou trop nombreux selon les créneaux,
* méconnaissance des circuits par les chauffeurs,
* retard fréquents sans raison explicite,
* suppressions de service non justifiées ou renseignées par la SNCF,
* absence de coordination lors des trajets mixtes train plus bus

Le collectif a proposé qu’une étude soit menée sur des solutions trains le week-end afin de mieux répondre aux besoins des citoyens (déplacements, loisirs, transport étudiant…) et aux logiques touristiques de la région (desserte des stations de sports d’hiver adaptée lors de la saison hivernale…).

La Région a finalement proposé de revenir le 20 février prochain avec la SNCF car celle ci l’aurait assurée, qu’à cette date, elle pourrait enfin répondre aux besoins du service annuel 2019 et ouvrir les négociations sur le service annuel 2020.

Parallèlement, le collectif a annoncé à la Région que deux de ses membres seront reçus, conjointement avec l’ADUT, le 21 février, pour discuter des avancées encore possibles sur le service 2019 et pour débuter la négociation sur le service 2020.

Alors comment un train pourra-t-il bientôt en cacher un autre ?

A 20h, à l’issue d’une heure de réunion Région / Collectif, la réunion publique a été ouverte aux usagers, aux élus et aux médias. Près de 150 personnes étaient présentes pour découvrir les avancées de la négociation.

La Région n’a pas souhaité s’y exprimer. Ni auprès des usagers, ni auprès des médias.

Les partenaires et élus ont été remerciés pour leur implications et leur soutien.

Le collectif a informé le public du fait qu’il n’avait pas reçu de nouvelles propositions mais que la négociation se poursuivrait les 20 et 21 février prochains. Des usagers sont intervenus pour exprimer leur mécontentement. Des partenaires de la vie civile et associative sont venus proposer leur aide et faire des propositions d’actions.

Le combat a poursuivre va encore demander du temps, de l’énergie et de la persévérance.

Une action festive aura lieu finalement le 23 février autour des gares de Pont-de-Beauvosin et de Lépin-le-Lac.

Les membres du collectif ont donc appelé les usagers à venir les rejoindre et à communiquer leurs difficultés et leurs idées à travers le site :

https://dutrainenavantpays73.fr

Tous ensemble et de plus en plus nombreux le 20 et le 23 février pour montrer notre détermination et notre engagement !

Merci pour vos dons !

Merci pour votre soutien !

Ce qu’en dit la presse
Sur InfoPLA
sur le dauphiné libéré
sur France 3

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *